[http://www.lmsoft.com/fr/webcreatorpro.html] [http://www.lmsoft.com/fr/webcreatorpro.html] [http://www.lmsoft.com/fr/webcreatorpro.html] [Lieuvillers - Les origines du village]
[Lieuvillers - Les origines du nom]
[Lieuvillers - Histoires locales]
[Lieuvillers - Le territoire]
[Lieuvillers - Savoir vivre]
[Lieuvillers - Les commerces]
[Lieuvillers - Commerces ambulants]
[Lieuvillers - Les origines du village]
[Lieuvillers - Groupe Scolaire]
[0 0 1 1 1 1 1 0 640 480]
[Lieuvillers - Le conseil municipal]
[Lieuvillers - Infos Ecole]
[Lieuvillers - Assainissement]
[Lieuvillers - Plan du village]
[Lieuvillers - Assainissement]
[Lieuvillers - Les Associations]
[Lieuvillers - Vie pratique]
[]
[Commune de Lieuvillers]

Amet

Sit

Dolor

Ipsum

Lorem

Commune de Lieuvillers

Deutsch

Italiano

Nederlands

Français

English

Español

nisi ut aliquip ex ea commodo consequat

quis nostrud exerci tution ullam corper suscipit lobortis

Ut wisis enim ad minim veniam

St lacreet dolore magna aliguam

Sed diem nonummy nibh euismod tincidunt

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer

Les Origines du Village

Le village de Lieuvillers a une origine fort ancienne. Il fit partie à l’époque Gallo-Romaine de la cité -ou pagus- des Bellovaques qui, originairement comprise dans l’étendue de la Belgique première, fut ensuite à peu près contenue dans les limites actuelles de l’Ancien Diocèse de Beauvais.

Des traces de l’occupation ont été révélées par la découverte vers 1654 dans les fondations d’un vieux bâtiment de deux petites statues en cuivre de CERES, une voie romaine comme on le verra ci-après qui traverse à l’ouest une partie du territoire.

A l’époque Gallo-Romaine, l’agglomération de Lieuvillers était sans doute formée dans l’une de ces clairières éparses d’une région très boisée. Une monnaie mérovingienne fut trouvée à Lieuvillers près de Noroy. Cette monnaie présentait à l’avers dans le champ, une tête de loup autour IOCI VELACORUM, au revers, LEODO CISELO, dans le champ un graindis circulaire avec losange au centre.

Si l’on remarque l’étroite analogie qui existe entre Locus Velacorum et Lieuvillers, on peut en conclure que la pièce de monnaie a été exhumée là même où elle a été frappée. La forêt de Compiègne s’étendait sans doute jusqu'à Lieuvillers, ainsi la tête de loup doit être un emblème parlant.

En constatant l’aspect de la partie orientale du canton actuel de Saint-Just en Chaussée, il semble bien que la vaste forêt de Cuide se terminait par celle de Cressonsacq, laquelle a subsisté en partie par les bois de Pronleroy à Trois Etots. Une trouée qui sépare ces vestiges boisés, permet à la vue de s’étendre jusque dans la direction de Compiègne et de ses forêts environnantes.

Si l’on s’inspire des défrichements que les religieux de l’Abbaye Notre Dame de Saint-Just en Chaussée, de l’ordre des Prèmontrès, effectuèrent au 12ème siècle dans l’étendue des territoires des fermes de Trèmonvillers et de Morvillers, on doit supposer que pareilles opérations foncières à une époque contemporaine, ont livrées à l’agriculture, de vastes étendues de terrains dans les abords de la forêt de Cressonsacq.

Dans le précis sur le Canton de Sant-Just en Chaussée, publié dans l’annuaire 1855 du Département de l’Oise, Graves indique que la population qui nous intéresse était connue sous l’ancien nom de Locovillar, qui est sensiblement similaire à celui mentionné de Loci Valacorum dans le numéro précité de la revue numismatique.